28 novembre 2016

Mercredi 30 novembre Infuse présente Caroline Delume


Mercredi 30 novembre
Infuse présente
Caroline Delume, guitares
Ouverture des portes 20h00
Musique à 21h
Entrée 5 euros

Aux cordes tendues l'écoute suspendue
Deux pièces de musique, plusieurs guitares, ni l'une ni l'autre comme prévue.
Oeuvres pour guitare de Klaus Lang (Der blauäugige Fremde) & Madeleine Isaksson (Far)

http://www.ensembleinfuse.com/infuse-presente.html

[APPEL A COLLABORATION] 
Dans le cadre du concert de l’ensemble 20° dans le noir qui aura lieu à l'Espace des arts sans frontières lundi 26 juin 2017, nous recherchons un artiste vidéaste/scénographe pour imaginer et concevoir la mise en scène de la soirée. 
Pour plus d'informations et si vous souhaitez candidater, c'est par ici ! > http://www.ensemble20degres.com/

photo réalisée par Jean-Christophe Jacques

Mardi 29 novembre XtetX #18 : Lès Modernos / Geosmin / Tristram Déchu / Missing O





Mardi 29 novembre
XtetX #18 présente
Lès Modernos / Geosmin / Tristram Déchu / Missing O
Ouverture des portes à 19h30
Musique à 20h00
Prix libre

Programme : 
Lès Modernos + Prince Larry Fuzz 
(URSS,CF)

Une guitare, des pédales, un ampli. Une batterie, des pédales, un ampli.
A travers ce dispositif inédit, Lès Modernos et Prince Larry Fuzz improvisent une pièce brute et souple.
Les rebonds vibratoires du dub jamaïcain se mêle ici aux airs d’Harumi Hosono, et il devient vite difficile de savoir qui fait quoi, et quand.
Se jouant de l’acoustique particulière de l’espace des arts sans frontières, les deux musiciens, fréquents collaborateurs au sein du collectif URSS,CF, créeront ainsi un écosystème éphémère et expansif, à l’intensité cependant soutenue.
Be there!

https://lesmodernos.bandcamp.com/

Geosmin

Geosmin est un projet en duo réunissant 3EHNT (3ehnt.bandcamp.com) à la basse et jules\valentin (julesvalentin.bandcamp.com) à la guitare baritone et au chant, avec d’occasionnels field recordings. Il pourrait s’agir de ballades solitaires et sans but dans des paysages inhabités. Tentative de rendre audibles ces paysages. La sérendipité comme moteur de recherche. Notre madeleine, c’est l’odeur après la pluie. L’homme est une île et il existe une infinité d’océans sans noms.

https://ge0smin.bandcamp.com/

Tristram Déchu
Judith Kan – voix
Stéphanie Briand -Bouinage sonore

Un vieux crooner ayant perdu sa voix, se fond, s’égare et croise le fer avec les oiseaux.
Un dialogue brut et opiacé, onirique et heurté, où la folie peut en cacher une autre.

Missing O 
(Tv drone set)

Temps interrompu, discontinuité du vide et dualité de l'être.
Tv drone set, utilisation et captation du bruit vidéo.
Musique de trame.
O retrouvé.

https://soundcloud.com/missing-o

#18ème édition des soirées XtetX#
Musiques improvisées et expérimentations sonores. 

24 novembre 2016

Samedi 26 novembre Improvisations sans frontières ! !



Concert musique improvisée, unique venue en France de Guy Frank Pellerin avec Marcello Magliocchi, Mattias Boss plus Claude Parle

16 novembre 2016

Dimanche 20 novembre 19h 30 duo Claude Parle avec Maki Watanabe ! !



Dimanche 20 Espace des Arts sans Frontières 
19h 30 duo Claude PArle Maki Watanabe ! ! ...
Puis Jean-MArc Foussat, Julien Chamla, Jean-Brice Godet.

Dimanche 20 novembre : L’œil bleu de la Baleine

Dimanche 20 novembre 2016 à partir de 14h00

L’œil bleu de la Baleine
Conte du Grand Nord pour les tout-petits et les grands
Présenté par Les éditions Boréalia

Avec Nathalie Krajcik, conteuse
Et des musiques de Cyprien Bole

15h pour les 7 à 77 ans
16h30 pour les 2 à 6 ans

Entrée 4 €

Sur place :
- boissons et goûter
- librairie du Grand Nord
- activités pour les enfants (de 3 à 7 ans) à partir de 14h (avant et après les spectacles).

Contes des Grands Nords, sur le partage, la tempérance le rire et les croyances
Les paroles d'une Ainée dessine l'alternance du jour et de la nuit, la quête de l'orphelin Tilili à la recherche d'une reconnaissance… 
La création du monde telle que son père grand chasseur et pourvoyeur, l'avait rapporté de ces autres hommes qui vivent là ou l'on trouve du bois !
Les rêves de la baleine, les jeux de Chouette-Harfang et Corbeau blanc, les farces de la Chabotte, la pêche, la chasse, les couteaux, les rituels, la glace aussi qui s'ouvre au printemps et se transforme parfois en piège !
La grand-mère raconte la vie rude mais belle de ce peuple du bout du monde. 
Là où la patience, l'écoute, l'humour et le respect de l’autre, de la nature invitent à l’humilité, une sagesse de l'expérience…

Achat des billets en ligne sur www.billetreduc.com ou sur place avant le spectacle
Informations auprès d'Emilie Maj 06 07 62 93 77 ou info.imaginaires(at)gmail.com

http://www.borealia.eu

Vendredi 18 novembre Le Non_Jazz : Opéra mort / FRANCE SAUVAGE / COULOIR GANG / PANACHÉ

Vendredi 18 novembre 
Le Non_Jazz présente 
Opéra mort / FRANCE SAUVAGE / COULOIR GANG / PANACHÉ /
Ouverture des portes 19h30 
Musique 20h
Entrée 6€



Programme :

OPÉRA MORT
Fusiller - Voix et éléctroniques "faites maison"
Èlg - Voix et orgue

Mélancolie des circuits intégrés. Orgues d'écluses. Voix des sous-sols.
Mutations, cercles concentriques, rampage.
Berceuses désertiques et banlieues de granit depuis 2009.
Leurs albums ont été édités chez Tanzprocesz, Alter et Bimbo Tower Records.
Leur dernier opus sortira sur le label belge B.A.A.D.M en 2017.
Arno Bruil = Voix, synthétiseurs semi-modulaires
Manuel Duval = Synthétiseur entièrement modulaire, apparitions vocales, claviers
Johann Mazé = Boites à rythmes, bols tibétains, petits micros, apparitions vocales, percussions

Depuis 2006 pluies battantes et marais concrets de sons post irréels. Rencontres amplifiées non sécurisées.
Non débat numérique analogique. Passages à tabac et caresses.
Leurs albums sont parus chez Tanz Procesz, Les Potagers Natures, Phase Records...

http://francesauvage.blogspot.fr/
https://soundcloud.com/francesauvage

COULOIR GANG
Ce duo franco-belge est le récent projet très rythmé de Jean-Marcel Busson et Ravi Shardja du groupe GOL.
Tout à commencé en 2014 lors d'une session d'enregistrement acharnée à Bruxelles, qui a permis à Couloir
Gang d'engranger une multitude de morceaux. Boites à rythmes, électroniques artisanales et basse constituent
le principal instrumentarium des 2 larrons en foire et en live. Pour leur troisième concert seulement, et pour la première fois
à Paris, Couloir Gang, dont on attend le vinyle sur GOL Records début 2017, apporteront dans leurs besaces
une k7 dont le titre "Soirée dansante" résume simplement l'état d'esprit de leur musak, quoique la forme s'apparente
plutôt à de la "Grange", cette danse rurale extatique que l'on pratiquait autrefois pour convoquer les esprits bienfaiteurs
de la ferme.

https://soundcloud.com/couloir-gang

PANACHÉ /
'Ambiance fin du monde par Jean Ray et Roger MPR.

https://soundcloud.com/user-706002706

Le Non_Jazz
Fly : Timothée Comte
http://nnjzz.tumblr.com/

https://www.facebook.com/events/257537594648198/

25 octobre 2016

ImageNation Paris - International Photo Expo



Ajouter une légende



Du 10 au 13 novembre 2016, ImageNation rencontre Paris, la ville qui a vue naître la photographie il y a presque 2 siècles. Grâce aux nombreux festivals et foires fréquemment organisés dans la capitale française, Paris est, plus que jamais, le croisement de la nouvelle vague. Entre autre, le Mois de la Photo et Paris Photo ont attiré à eux d’importants collectionneurs privés et institutionnels, des amateurs d’art et certains des plus célèbres galleristes du monde entier. De plus, pendant les Paris Photo Days, la ville devient le théâtre idéal pour le travail photographique de certains des plus intéressants artistes internationaux dialoguant avec le public.

ImageNation arrive à Paris, après deux expositions tenues en Italie dans lesquelles plus de 100 photographes, une moitié italienne et l’autre international, ont offert leurs talents et créativités pour joindre un projet commun. 
L’exposition, conçue par Martin Vegas spécialement pour Paris, recevra des auteurs du monde entier présentant des travaux aux impacts visuels forts, certains déjà présentés dans les éditions italiennes précédentes, mais aussi de nouveaux, enrichissant la proposition artistique du collectif DeFactory.

Toute les oeuvres sont en vente. Comme pour Will Ramsay en 1999, quand la première foire artistique abordable fut crée à Londres, les travaux sont proposés à la vente à des prix beaucoup plus accessibles que les autres foires d’arts contemporains. Cela reflète la volonté d’aider le public à se développer et grandir avec les artistes. 
Un large choix d’art photographique occupera l’Espace des Arts Sans Frontières, un lieu multifonctionnel qui cette année à aussi reçu le festival Polaroid. Une atmosphère informelle qui rendra l’art contemporain abordable et accessible, et amenant un nouveau et plus large public sur le marché de l’art, montrant que ce dernier peux appartenir à tous et facilement.

Les nouveaux artistes: Brooke Shaden, Gemmy Woud-Binnendijk, André Gonçalves, Carolina Frusca Braga, Carmelita Iezzi, Catalina Sour Vasquez, Chiara Nicolosi, Danny Richardson, Dorothy Bhawl, Ellen Cuylaerts, Emanuele Cassina, Florian Mueller, Francesca Dani, Francesca Nicolosi, Francesco Sambati, Ilse Moore, Kazuma Ogaeri, Maren Klemp, Marta Castaldo, Max Valerio, Natalia Elena Massi, Paolo Pettigiani, Petar Sabol, Riccardo Melosu,  
Robert Sijka, Samantha Goss, Tina Signesdottir, Tiziana Cera Rosco, Valentin Duciel.

Les artistes DeFactory Collective: Marcin Ryczek, Martin Vegas, Andrea Benedetti, Alessandro Carleschi, Anthony Stone, Pier Costantini, Elisa Girelloni, Luca Liloni, Nicola Molteni, Pietro Ballardini, Lorenzo Linthout, Andrea Nuvoloni, Nico Nardomarino, Davide Crea, Sara Motta, Alex Varani, Fabiola Giuliani, Felice Andreoli, Raissa Fitzgerald.

DeFactory pres. ImageNation Paris
Espace des Arts Sans Frontierès
44 Rue Bouret, Paris.
Metro: Jaurès (Lines 2, 5 et 7bis).

www.imagenationparis.com 
évènement Facebook
Info: info@defactory.it


Special thanks to:
- Comune di Desenzano del Garda (BS) - Italy
- Falconeri  www.falconeri.com
- Bocchi Control  www.bocchicontrol.it
- Hotel Catullo Sirmione  www.hotelcatullo.it
- Ferrania Fine Art  www.ferraniagrafica.it

Vernissage: Jeudi 10 Novembre 2016, 18h - 21h30

Ouverture au public:
Vendredi 11 Novembre: 11h - 19h30
Samedi 12 Novembre: 11h - 19h30
Dimanche 13 Novembre: 11h - 19h30




10 octobre 2016

Julie Navarro - "Je vois le ciel au fond du puits"












Julie Navarro - Je vois le ciel au fond du puits

Jeudi 13 octobre au samedi 22 octobre 2016 
Vernissage le jeudi 13 octobre 2016 à partir de 18H00 
Signature du catalogue de l’artiste, avec un texte d’Yves Michaud. Ed. La Compagnie d’Hauteville

Ouvert du jeudi au dimanche de 15h à 18h (sauf les 21 octobre et 22 octobre ouverts seulement en nocturne, à partir de 18h jusqu’à 22h) 
Contact : 06 65 06 88 87 / 06 33 36 53 38

Il y a le visible et autre chose, sous-jacent, comme en creux, au-delà des cultures et des pays, dans l’espace blanc d’entre les signes. Si l’on ne comprend pas les langues étrangères, ce qui se dit, on perçoit néanmoins ce qui se joue, une main tendue est une main tendue. L’écrivain Nathalie Sarraute évoquait des Tropismes, du grec tropos, c’est la tendance d'un organisme, une plante, à croître dans une direction donnée, vers le bas ou la lumière. Les tropismes sont des prolongements parfois non-visibles ; on trouve également les saxifrages qui surgissent sur les rochers les plus arides et les plaques de bitumes des villes, nos vies sont peut-être un écho du monde vert.
Julie Navarro évolue sur un sol abondant d’où nous parvient l’odeur de la terre sous les pieds, l’humus, c’est un mille-feuilles composite, l’histoire des ancêtres, de ceux qui sont à la fois en dessous et au-dessus, déjà partis et toujours là.
Ses recherches vont vers les profondeurs, l’artiste écoute ce que disent les tourbières,  c’est un paysage végétal fait de creux et de bosses où l’on peut retracer sur deux mètres l’évolution des dix mille ans passés.  L’humidité liée à l’air laisse planer au-dessus des tourbières des feux follets, ces fantômes viennent nous saluer à la surface. L’artiste côtoie la Pachamama, la Terre-Mère, c’est la déesse terre, étroitement liée à la fertilité et considérée par les peuples incas comme un être vivant. Dans le nord ouest de l’Argentine, le rituel contemporain de Pachamama est un trou creusé dans la bouche de la terre, la Boca, qui permet d’accéder à son cœur. Les habitants nourrissent la Boca de céréales et d’alcool, puis la referment en dansant et en chantant pour que l’année à venir soit bonne. Par son écoute du sol, l’artiste révèle ce qui nous reliela terre est un fluide qui traverse les êtres, les animaux, les feuillages comme en Afrique animiste où en Mongolie, là où les hommes croient que même les choses ont une âme. Des réseaux se tissent, invisibles, des fils tendus entre la vie et la non vie et ce qui ne se voit pas apparaît en couleur dans son travail plastique : on plonge dans le vert-feuille, le rose-éros ou le bleu-ciel. C’est une logique de la sensation, comme la nomme Gilles Deleuze.
Les formes s’arrondissent, se répètent, les matières, laine ou coton, rappellent des motifs naturels.  Les tracés sur ses toiles sont des chemins à prendre, ces lignes ouvertes, ces ovales sensuels créent des impressions d’infinis et d’érotisme latent, comme des prolongements des creux et des vagues du corps, les ondulations de l’Océan ou la terre-mère des tourbières du Limousin, le cosmos est ici, désirant et unifié dans l’instant formel. Ses oeuvres sous-verre nous regardent, ce sont des yeux, des fleurs venues d’Espagne, des seins ronds comme des abstractions mathématiques. 
Et ses bribes de phrases noir sur blanc, des retours automatiques de mails, sont l’allégorie funeste de l’administration française fantôme, ces mots rappellent l’architecture d’un crématorium, les morts nous parlent. C’est peut-être ses plongées dans les strates terrestres qui amenèrent Julie Navarro à la praxis politique, à l’investigation de l’art dans le quotidien. En remontant vers la surface, elle a réuni la cité : des habitants, des artistes et des politiciens. La création d’une esthétique éphémère mettait en exergue ce point essentiel, souvent oublié : cqui sépare les hommes n’est rien au regard de ce qui les rassemble.
L’important est le processus, ce qui traverse et unit, c’est un chemin qui se fait en marchant. C’est également le cas de ses broderies et ses Battle de danse et brodeuses réunies, souvent des seniors. 
Julie Navarro est dans le faire, dans l’expérimentation, le balayage du pré-pensé, du jeunisme et de la mode qu’elle ne suit pas. Elle remet au goût du jour une pratique ancestrale, artisanale : l’art au cœur de la cité, l’artiste citoyen qui fait sont job à l’instar du boucher ou du fleuriste, il n’est pas dieu, adoré par quelques-uns dans de vieux musées, le temps des idoles est révolu.
Ces sensations sont restituées au cœur de l’arrondissement le plus cosmopolite de Paris, le 19e. C’est une exposition à vivre comme une promenade à la campagne, des signes nous guident, des traces réunissent et apaisent, donnent foi en l’humanité, de la fin au début, de l’éternel recommencement, de l’ironie et de la beauté de l’art dans toute sa complexité naturelle.
Laurent Quénéhen, commissaire de l’exposition



28 septembre 2016

« Chroniques tchadiennes. Regards vers l’Est » du 30 septembre au 10 octobre 2016





Du 30 septembre au 10 octobre 2016, l’Espace des Arts sans frontières à Paris présentera les photographies de Frédéric Noy regroupées dans une exposition intitulée « Chroniques tchadiennes. Regards vers l’Est ». Des chroniques de vie qui rendent compte du quotidien des populations du Ouaddaï.




Dans les environs de Malanga au Tchad, un groupe de femmes et leurs enfants s’abritent du soleil dans une hutte. Le visage d’une jeune fille se dessine en contre-jour à l’entrée de l’abri. Du blanc rayonnant au rouge ardent, les couleurs semblent soigneusement sélectionnées pour illustrer cette scène et donner vie à cette image presque picturale. Le peintre se nomme Frédéric Noy. Photographe indépendant, militant et engagé dans la solidarité internationale, il n’a pas hésité à participer à ce projet photographique sur le Tchad initié par Première Urgence Internationale.


En mars 2016, envoyé par l’ONG et avec le soutien d’OFDA (Bureau d’assistance aux catastrophes – USAID), il s’est rendu sur les pas des équipes de Première Urgence Internationale au Tchad. Du Ouara à l’Assoungha, il s’est intéressé au quotidien des populations du Ouaddaï, leur vécu, leurs espoirs. Il a écouté leurs récits dans lesquels le soutien apporté par l’ONG transparaît. Il a figé des moments de vie, des chroniques de vie tchadiennes.



A propos de Première Urgence Internationale


Première Urgence Internationale est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale, à but non lucratif, apolitique et laïque, dont la vocation est de défendre les droits fondamentaux de la personne, tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Notre objectif : permettre aux populations de recouvrer durablement autonomie et dignité.


Nos équipes se mobilisent au quotidien pour couvrir les besoins fondamentaux des victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues par les effets de catastrophes naturelles, de guerres et de situations d’effondrement économique. Ainsi, nous intervenons dans des domaines complémentaires tels que la santé, la sécurité alimentaire, la nutrition, la réhabilitation et la construction d’infrastructures, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la relance économique, l’éducation et la protection. Première Urgence Internationale porte assistance à environ 4 millions de personnes à travers 22 pays situés en en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Europe.


Plus d’informations sur : www.premiere-urgence.org




article extrait de https://www.premiere-urgence.org/lexpo-chroniques-tchadiennes-regards-vers-lest-a-paris/




6 septembre 2016

Une question mille réponses




Du 20 au 28 septembre.
Vernissage le mardi 20 septembre à partir de 18h00.

Une question mille réponses
Exposition des artistes en résidence à l'espace des arts

Avec : Dasom Kim / In-Kang Lee / Lee San / Seulkee Seo / Bae-Young Son / Foumi / Yoh
Tsukamoto
/ Tamao Narakuwa / Maya Kasaï / Ayumi Tsuchimoto / Ricka Yamada / Chihiro Yamamoto.

Cette exposition rend compte de la deuxième vague de résidence à l’Espace des arts sans frontières pour cette année.
Exposition ouverte au public de 14h à 19h tous les jours sauf le dimanche. Entrée libre. 

. Yoh Tsukamoto

WONDER PLANET Mercure: la ville mécanique sur une petite étoile / Vénus: la ville des vents et des tempêtes de sable / Terre: la ville des eaux et des airs / Mars: la ville du feu et de la civilisation / Jupiter: la ville du gaz et des 53 pendules / Saturne: la ville ambulante qui connecte 64 étoiles / Uranus: la ville de glace et des cinq miroirs / Neptune: la ville calme qui ne connaît pas le Soleil 8 toiles, acrylique, dimensions variables

Si et seulement si l'on considère que chaque planète est habitée par des êtres vivants, comment c'est ? Yoh expose et met en scène à travers huit tableaux de tailles variées une telle possibilité, elle peint des mondes imaginaires avec en tête les caractéristiques de chacune de ces planètes. Yoh est une illustratrice indépendante. Elle est née en 1990 au Japon, elle a obtenu un diplôme en 2013 à l’université des arts de Musashino—département scénographie. Elle a travaillé en tant que Product Planner pendant trois ans.

. Ayumi Tsuchimoto.

Mon Paris boucle-video (4 minutes), toile.

Ayumi Tsuchimoto aime les personnage de fction et s'étonne qu'ils soient si peu nombreux en France à comparer du Japon. C'est pourquoi, elle est partie à la recherche de monstres dans Paris. Elle est née en 1987 au Japon. Elle a réalisé plusieurs flms d'animation. Les motifs de ses flms proviennent du domaine du familier, elle travaille pour que ses œuvres soient drôles, comiques, proches des sentiments d'une inquiétante étrangeté. 

www.tsuchimotoayumi.com

. Foumi

Prière « Prière » 160×190cm huile sur lin / Le Chat 60×80cm huile sur toile

Pour Foumi, la peinture est un moyen de transformer son énergie. Elle voudrait que les gens qu'elle aime tout comme les gens qu'elle ne peut pas supporter, le monde et la terre soient touchés par le bonheur et que sa prière se répande à travers ses œuvres.
Elle est née à Tokyo. Après avoir fni ses études à l’Université Shinshū, elle a travaillé dans un établissement hospitalier mais elle a quitté son travail au bout de quelques mois. Elle s'est mise soudainement à peindre. 2007 : exposition personnelle à l’hall ZERO de Nakano ; 2011 Ouch gallery ; 2012 Flag Art in Gifu ; 2014 Salon international de Paris. Elle est membre de l'association artistique Seisu-kai.

fu_mim719@outlook.com ; www.facebook.com/fumi.murao

. Maya Kasai

contraste 113×330 peinture à la cire sur papier japonais / L’écoute du silence huile sur toile / short diary aquarelles

« Je suis une spécialiste du paysage. Je travaille sur le thème des limites entre la réalité et la non-réalité. Mon usage des objets et du paysage correspond à une tentative d'expression des sensations liés aux rencontres croisées de la réalité et de la non-réalité. Je travaille à partir des méthodes traditionnelles de dessins « Neputa » (peinture à la cire). » Maya Kasai est née à Aomori. 2014 Graduated Iwate National University ,BA Fine Arts and Design/ Admitted to Tokyo National University of Fine Arts and Music, BA Oil Painting

. Chihiro Yamamoto

Communauté-lumière installation, fls et perles de verre 300x400

« J’étais dans le train / j’ai vaguement regardé dehors par la fenêtre, la ville commençait à se teindre en rose / des larmes ont coulé de mes yeux / j'ai senti comme s'ils nous avions été bénis, comme dans une folle beauté. / Je crois que la lumière est une possibilité et aussi une espoir / tous les choses qui nous font choisir comme si nous choisissions / pour nous qui vivons au présent ou à l’avenir, qu’est ce que peut bien être l’humanité? / On éprouve ou se conforme ou encore repousse par hasard on ne sait quoi / Ça peut être pour rencontrer quelqu’un / Ça peut être de croire en tout ce qui existe ici / si l'on creuse une expérience très privée peut devenir une mer immense / moi-même peut devenir une position de la lumière. » Chihiro Yamamoto est née en 1990 au Japon. Elle a vécu et travaillé à Tokyo et Kobe, à partir de cet été, elle a décidé de se fxer pour un temps en France. 

www.chihiroyamamoto.net

. Rika Yamada

Tirer les fcelles des archives, tirer le fil des archives installation photo/yarn 1.8m×2.4m

Pendant des visites de musées, elle remarque que des gens prennent des photos des œuvres avec le plus grand sérieux. Par la photographie, des évènements, des gestes, des objets de la vie quotidienne prennent valeurs de document. Mais où passe la mémoire, que devient-elle? Ces photos contiennent-elles encore un brin de mémoire ? Quand on observe des objets à travers un objectif, on se concentre sur le fait de « prendre une photo de l'œuvre », alors en un instant la conscience se laisse dominer par l'Autre. Rika Yamada est née en 1994 au Japon. Elle est étudiante de l’université d’Art de Musashino — département scénographie, formation création de mode. 

http://tayama21.tumblr.com/

. Tamao Narukawa

It's selling well installation video 14 minutes

« Les faits sont transposés en fctions, la fction est transposé en fait. » La logique apparemment paradoxale de la déclaration d'intention de Narukawa est à l'image de son travail, nombre de ses œuvres artistiques se trouvent à la croisée de l'humour et du sérieux. Est-ce que la culture occidentale est un objet d'adoration pour les gens ? Est-ce que les cultures vont s'homogénéiser les unes après les autres ? De ce qu'elle a pu voir au Maroc, cette tendance n'est pas d'actualité uniquement en Afrique du nord, mais dans nombre d'autre cultures et même au Japon.
Pour cette exposition, Narukawa vient questionner cette tendance d'homogénéisation, à l'œuvre actuellement dans le monde entier. 
Pour la réalisation de cette vidéo, elle a recueilli des objets qui ont appartenu à des immigrés nés après la période de décolonisation, ils ont emmenés ces objets depuis leurs pays d'origine et ils ne leur sont de plus d'aucune nécessité. Les objets seront débarrassés de leurs couleurs d'origine par des actions mimant les gestes des présentateurs de TV shopping. Narukawa aimerait évoquer ces situation réelle par les voies de l'humour et de la fction. Narukawa est artiste, elle étudie actuellement à la Goldsmiths University of London. Elle vit entre Londres et le Japon. 
narutamao@outlook.com

. Bae Young Son

The green light, collages 40x30cm / Invert, video et toile 32 minutes 130x100cm / Every morning, every evening, Ain’t we got fun, video, 23''
Par mon travail je cherche à révéler la frontière ambigüe entre le processus et l’accomplissement. C'est un moyen pour que le processus puisse être reconnu en tant qu'évènement. Ces recherches sont le fait de mes espoirs, à savoir transformer « maintenant » en « le domaine de l'existence » en le visualisant. Bae Young Son est née en 1989 à Daegu, Corée du sud, elle vit et travaille à Séoul, Corée du sud 2016 MFA Fine Art, Hongik University, Séoul, Corée du sud / 2016 REALITY CHECK, Hongik Museum of Art, Seoul MFA Graduate, Hongik Museum of Art, Séoul / 2014 TRUE COLOR, Hongik Museum of Art, Séoul

. Seulkee Seo

Je contemple un phénomène, je vois comme une vision de rêve ou alors je me perd dans mes pensées dans un état éveillé. Le travail commence avec des émotions provenant d'un confit entre vision et réalité, et j'imagine un espace imaginaire. Un espace constitué d'émotions proches de l'amusement, de la jouissance, du plaisir hédoniste, l'instinct alors n'existe pas réellement, est un espace de jeu, une phase de la réalité et une fantaisie. C'est un espace recréé - sans haut ni bas, devant ou derrière. Vous ne pouvez pas savoir quelle histoire s'est déroulée premièrement, chaque histoire se produit simultanément. En outre, le sens originel des événements et des objets est suspendu, ils peuvent être considérés comme des symboles personnels. Les symboles deviennent des outils de divertissement et deviennent des médias reliant la réalité à l'imagination.
Seulkee Seo est née en 1986, vit et travaille en Corée du sud / 2015 MFA Painting, Hongik University Graduate school, Séoul / 2016 ARTRIE ARTIST GROUP EXHIBITION, ArtRIE Gallery, gyeonggi-do / 2015 3rd Emerging Young Artists RAW REGARD, CHOI JUNG AH Gallery, seoul / 2015 Life, Custom, and Imagination, Gwnag Art Gallery Sejong Center, seoul

. San Lee

Game drawings series 4 Neo Omnic (overwatch) encre sur papier 75x80 et 71x78 / Rooster drawing, aquarelle sur papier 33x14
« Je m’intéresse aux développements du jeux vidéo et de la production de flm, bien souvent décrits comme une « sous-culture ». Je me considère moi-même comme un geek accro à ces deux industries. Pour dévoiler mon regard sur cette culture qui prend son envol dans le monde entier, j’ai décidé de travailler sur l’apparence existentialiste des geeks contemporains. Partant du même point de vue, la série “Portrait de la nouvelle génération” fait apparaître des personnages virtuels de jeu de vidéo ou de flm dans la réalité. »
San Lee vit et travaille en Corée du sud. 2016 Blizzard Entertainment Korea Art of Warcraft Exhibition, Seoul / 2009-2012 Korea National University of Arts, Fine art / 2009-2011 Tatau(Polynesia Tattoo) Design / 

Polytvastri@gmail.com Twitter / @Polytvastri

. Dasom Kim

Je travaille sur les individus qui se trouvent dans une état mélancolique insurmontable. Ces êtres sont représentés en des formes suspendues avec mollesse. Ils sont atones et faibles face à la douloureuse réalité. J’ai lié plusieurs parties de tissus les uns aux autres avec des masses de fls. Ces assemblages de brins de fls et de tissus me porte souvent vers un rétablissement psychique.
Dasom Kim est née en 1989, vit et travaille en Corée du Sud, Textile design, Duksung women’s University, Séoul.


. In kang Lee

the fying arrow is therefore motionless installation palettes, laser, humidifcateurs. coated memory 2, cyanotypes sur toile, plâtre, audio.

''À là différence de mes travaux précédents sur les incertitudes de la mémoire, ce travail vise à retrouver la frontière entre le présent et le passé. Le fux du temps est insaisissable, je me pose la question à partir du quel moment on peut qualifer un instant en tant que mémoire et comment défnir l’instant présent. Plus précisément, entre un instant réel et l’oubli, j’essaie d’approfondir “comment le passé se transforme en mémoire.” Par ce projet sur le tatouage, je voudrais montrer la relation entre une note inaltérable et la mémoire." In kang Lee est né en 1986, vit et travaille à Séoul, Corée du sud. 2014 BFA Fine Art, Kyunghee University / Communication Art Imagine Multimedia, Asiasn Games Incheon Athlete's Bilage, Incheon / Premature Baby, united Gallery, Seoul / 2010 Communion, Designcluster, Seoul / 2010 Artradar, Prugio Gallery, Seoul